Iconea Photo : dveloppement, tirage photo et autres produits photo

Galeries Pro
  • Dveloppement et tirages photos
  • crer des produits photos
  • Partager ses photos
  • Blog iconea photo

Livre Photo : US and Them de Helmut & Alice Springs

Us-and-Them-newton

L’un a voué sa vie entière à la photographie ; l’autre a été comédienne et peintre avant de se lancer à cette même passion.
Ces deux personnes ont vécu ensemble pendant cinquante ans et ont toujours travaillé en étroite collaboration à des expositions ou des projets d’édition. Pour le moment rien d’original, mais pourtant à regarder de plus prêt, l’originalité de leur approche réside dans le fait qu’ils n’assistent jamais aux séances photographique ensemble. Pour quelle raison ? cela ne serait qu’une question de motivation ? Simplement pour qu’aucun ne soit influencer par le choix des sujets de l’autre.

De la photo au couple

Ce couple donne le ton, Alice Springs est le pseudonyme de June Browne, qui est devenue la femme de Helmut Newton en 1948. Née en 1923 à Melbourne, elle a débuté comme actrice professionnelle en Australie, où Newton l’a photographié à plusieurs reprises. Elle a poursuivi sa carrière théâtrale après leur mariage, y compris à Paris, pendant quelques années. Photographe autodidacte, elle a débuté en 1971 lorsque la maladie d’Helmut Newton a conduit celui-ci à lui confier un travail dont il ne pouvait se charger lui-même. C’est à cette époque qu’elle a pris comme pseudonyme le nom de la ville australienne d’Alice Springs. Né en 1920 à Berlin, Helmut Newton quitte l’Allemagne en 1938. Le travail photographique d’Helmut Newton est fondé sur la réalité qu’il observe dans la vie quotidienne et qu’il recrée pendant les séances photographiques. Ses photos ont toujours été réputé pour nous provoquer, nous faire réagir.

De l’ouvrage au couple

L’ouvrage est décomposé en cinq parties – cinq visions : Helmut Newton par Alice Springs, Alice Srings par Helmut Newton ainsi que deux séries d’autoportraits. Il se termine par leur regard parallèle sur des célébrités comme Catherine Deneuve, Karl Lagerfeld, Jessica Lange….

Nous sommes conviés à lire ce livre avec la même intimité que si cela avait été un album de famille. Plus sophistiqué aussi, plus précis au point de retracer la vie avec précision d’un couple de photographes qui ont vécu 50 ans ensemble.
On y trouve des photos tristes, des gaies, des intimes, des flous, celles qui marquent les grands moments comme des voyages ou les accidents de santé. Les éléments de lecture sont à trouver dans les images elles-mêmes.

Aujourd’hui, Taschen réédite leur livre, Us and Them. Cet album de 200 pages dévoile ces regards croisés sur l’intimité de ce couple de photographes, leur intimité est dévoilé aux yeux de tous. Vous le retrouverez ici au prix de 39,99euros

LA 20ième édition de la foire mondiale de la Photographie

Foire-photographie-paris-2016

Paris a toujours vécu au rythme de l’image, de la vidéo, du dessin, mais aussi de la photo. Paris se laisse prendre en photo, par les millions de touristes lui rendant visites chaque année. Car Paris aime se mettre en défis, s’exhiber, se montrer.

Pour la 20 ème édition de la foire mondiale de la photographie, la lumière du grand palais rehausse les centaines de clichés exposés sous la nef, laissant passer 60 000 visiteurs et 150 galeries pendant 4 jours. Sans conteste, cet événement est la plus importante foire du monde entièrement consacrée à la photographie. Le visiteur se balade entre un rassemblement de belles et précieuses images avec pour cette année 2016 : 1255 artistes et 153 galeries

D’une exposition à l’art photographique

Dans les allées, tous les grands maîtres étaient présents. A commencer par les Américains, stars de cette édition, représentés par des « petits jeunes » comme : Ansel Adams, Alfred Stieglitz, Tom Arndt, Richard Avedon, Lewis Baltz, Cecil Beaton, Erwin Blumenfeld, Bill Brandt, Julia Margaret Cameron, Bruce Davidson, Robert Frank, … Les Européens n’étaient pas en reste avec des pièces de Josef Sudek, Alber Renger-Patzsch, Man Ray, Roger Fenton, Rudolf Koppitz…

Il y en a pour tous les goûts et toutes les couleurs dans cette 20e édition. Iconea a une préférence pour Omar Victor Diop qui transforme la 41e Carte blanche de Pernod Ricard en une grande fête de couleurs : c’est une ode explosive et fraîche à l’amitié entre les peuples, les continents, les générations, l’art et les affaires….

Vous retrouverez sont travail sur cette video.

A l’occasion de cet événement, un tour de table a permis de mettre en avant les enjeux futurs d’une discipline tiraillée entre une pratique massive et populaire, et un marché qui glorifie le passé.

Que faut-il en conclure ? Que ce sont donc plutôt les œuvres anciennes qui se vendent aujourd’hui ? Pour beaucoup de personnes, ce qui se vend aujourd’hui, c’est d’abord la photographie d’hier (et d’avant hier) et celle qui se revendique de demain.

L’acte photographique reste plus que jamais révélateur de l’expression d’une époque, mais sa globalisation, rabat les cartes et change la donne, dans l’offre comme dans sa banalisation.

Avec une circulation mondialisée permettant de connaître un nombre croissant de photographes, internet fabrique aussi d’illusoires célébrités, tout à coup consacrées par un effet de mode, mais que l’on oublie aussi vite pour passer à la suivante.

La photo et le mannequin

indian_woman_in_japan_noroc

Quel lien entre la beauté et la photo ?

Mihaela Noroc la certainement trouvé ou au moins mis en évidence au travers d’un incroyable projet photo appelé « The Atlas of Beauty ». Elle est née en Roumanie avant de parcourir le monde avec son sac à dos et son appareil photo pendant deux années. C’est ainsi que l’idée de ce projet lui est arrivé ; photographier des centaines de femmes, au naturel, imprégnées de leur culture. Cette idée fait un pied de nez à l’instrumentalisation des médias qui essayent de nous faire croire que la beauté doit être standardisée.

Dès lors ces photos sont imprégnées d’histoire, l’histoire de la beauté d’un visage, cette beauté unique que l’appareil photo demande à saisir dans ces moindres nuances de teintes. Ce projet met également en évidence la diversité de notre planète et des différentes cultures. « La beauté est partout, ce n’est pas une affaire de maquillage ou de taille, mais plutôt d’être soi-même » affirme la photographe.

Et si, derrière les apparences, ces visages nous réconfortaient au plus profond de nous-même ?

Quand la mode marque l’époque, donne le « la » d’une façon de se maquiller, cela ne concerne qu’une petite période éphémère bien circonscrite, par contre le visage pris en photo par Mihaela Noroc, réconforte , puisqu’il est exempt d’artifice nous nous reconnaissons plus facilement en lui.

Sur une photo créée par Photoshop, les visages ne demandent qu’à être « hiératisés », « idéalisés ». Pour figurer l »intouchabilité », signe manifeste de l’idée de beauté et d’éternité conjuguées, ils doivent apparaître vierges des marques du temps. Ces visages appartiennent d’une certaines façon au monde du papier glacer et non du réel.

Après le livre « Femmes Eternelles » du photographe Olivier Martel, qui rend un hommage à la diversité, à la beauté et à la force des femmes du monde entier, ce nouveau projet photographique orchestré par Mihaela Noroc montre la beauté des femmes dans leur diversité, et non dans une vision unique dictée par les magazines de mode, et ça, ça nous réconforte !

Vous pouvez retrouver toutes les photos de Mihaela sur son site : http://theatlasofbeauty.com/

Lumière sur la photo

foret-automne
Qu’est ce que la focale photo ?

Pour le photographe amateur, la notion de focale se résume souvent à la notion de grossissement de l’image. Plus la focale est courte et plus le champs s’élargit. Mais ce dont les manuels ne parlent pas toujours c’est que plus la focale est courte et plus on capte de lumière.

Lumières au pluriel

La lumière d’une photo définie souvent la période de sa prise, la lumière d’hiver est bien différente de la lumière de printemps comme la lumière d’automne. Cette saison par exemple marque la rupture entre les soirées lumineuses pour laisser place aux soirées plus chaleureuses à l’ombre d’une cheminée.

La lumière impacte directement notre cerveau, puisque nous sommes nombreux à ressentir une fatigue pouvant aller du simple manque de tonus à l’épuisement. La baisse des températures, le manque d’ensoleillement, mais surtout la diminution de la luminosité sont les principaux responsables de cette baisse d’énergie. Il semblerait en effet que cela affecte notre horloge interne et trouble donc notre rythme circadien.

Une photo prise en automne serait-elle donc plus ancrée à la morosité ?

Au contraire, chez Iconea nous pensons que même si les couleurs sont moins acidulées, elle sont plus rassurantes. Pour faire un sans faute lors de la prise de vue, miser sur l’éclat !

Jamais l’éclat n’a créé autant d’attente de désirs et d’obsessions. Jusqu’à voir partout le terme « glow » mais que signifie-t-il ?

Pour les Brésiliennes, il est caractéristique de la jeunesse, les Chinoises parlent de radiance, de lumière qui émane de l’âme, les Françaises de luminosité.

Partout dans le monde, notre peau et la lumière qui s’en dégage sont la preuve visible que nous sommes ce que nous aspirons à être : en pleine forme !

Pour conclure sur la focale, retenez simplement que plus la focale s’allonge, plus le champs se rétrécit et donc plus son intensité lumineuse diminue. Dans la mesure où l’objectif doit assurer un éclairement constant sur le capteur, il doit compenser en augmentant le diamètre du diaphragme. Plus l’optique a une longue focale, plus il est difficile de la rendre lumineuse.

Comment photographier la lune?

les-plus-belles-photos-de-la-super-lune

La lune, que dire de cette planète que tout le monde connait ? les noctambules la côtoient, les astronautes essayent de la reconquérir, les peintres la dessinent, les astrophysiciens l’étudient à une époque où le rêve du premier pas sur la lune n’existe plus, puisque Armstrong a relevé cet exploit.

De la lune à la photo

Si les smartphones étaient présent, Armstrong aurait-il pris un selfie sur la lune ? aurait-il pu réellement prouver grâce à une photo de meilleure qualité que cette expédition n’était pas truquée comme le dénonce certaines personnes ?

Même si aujourd’hui photoshop permet d’arranger la réalité, d’améliorer une photo, des photographes s’efforcent de chercher les meilleures astuces pour photographier la lune.Nous allons vous en dévoiler quelques une.

De la photo à la lune

De la Bretagne à l’Acropole d’Athènes, la « super lune » a offert un magnifique spectacle inédit depuis près de 70 ans le lundi 14 novembre , une chose est sûre les photographes connaissaient les astuces pour prendre en photo la lune. Rassurez-vous, avec un simple appareil photo muni d’un télé objectif correct, il est possible d’obtenir des clichés de la lune d’une bonne qualité
Le secret se trouve donc dans l’optique, idéalement il faut avoir une longue focale : 100mm, 200mm, 300mm, voire 500mm, plus votre focale sera longue, plus vous pourrez voir la lune de près, et en faire un portrait serré.

Pour éviter le « flou de bougé » qui est dû à un mouvement axial (des petits mouvements dans un même plan autour d’un axe). Il faut bien-sur penser au trépied mais aussi respecter une règle « commune » en photographie, il faut que le nombre x du diviseur de la fraction qui représente le temps d’exposition (1/x seconde) soit au moins égal à la longueur focale.
Ex : 35mm = 1/35s ; 50mm = 1/50s ; 150mm = 1/150s ; 400mm = 1/400s ; 600mm = 1/600s ; etc ….

De la technique à l’art

Si votre photo est trop sombre, la lune va se retrouver toute grise, sur un fond noir. Votre photo sera donc terne et moins intéressante.
Si la lune est sur-exposée, elle deviendra toute blanche et sans relief. Veillez à ce que les cratères et les tâches de la lune soient visibles. Il faut conserver de « la matière » pour que votre photo ait du corps, du relief, de la profondeur.

Pour prendre en photo la lune, on peut utiliser une sensibilité faible (100 ou 200 ISO), une ouverture faible également (par exemple f/5,6) et se placer pour commencer en mode priorité ouverture. Il faut ensuite choisir d’utiliser la mesure spot, qui réglera l’exposition par rapport à la luminosité du point central

Le mieux est d’avoir une télécommande ou un retardateur, sinon il suffit de régler votre appareil sur retardateur. Par exemple à 5 ou 10 secondes. De cette manière, votre appareil aura quelques secondes pour se stabiliser entre le moment où vous appuierez sur le bouton et le déclenchement de la prise de vue.

Pour commencer, il faut prendre une série de clichés de la lune avec la même exposition ( prendre une rafale d’une dizaine d’images en mode manuel ).

Le logiciel post-traitement est plus que jamais d’actualité puisqu’il permet de retoucher les contrastes et surtout la netteté.

Des réglages pour une belle photo

Une fois recadrées et traitées de la même manière, les photos sont assez ressemblantes. Mais leurs petites différences vont permettre d’obtenir une image bien meilleure. Exportez ces images avec une résolution supérieure (pas plus de deux fois plus), après les avoir recadrées et avoir ajusté la netteté.

Alignez finement les images entre elles. Même en ayant mis votre appareil sur un pied, il y a de grandes chances pour que les images ne soient pas alignées au pixel près. Pour réaliser l’alignement, il y a deux solutions : manuellement ou de manière automatique. Les logiciels Hugin et Autopano pro permettent de réaliser des panoramas en recombinant plusieurs images. Il est possible de les utiliser de manière détournée pour aligner des images.
Vous pourrez accentuer les contrastes, ajouter un peu de clarté (autour de 10 ou 20 dans Lightroom), et surtout renforcer la netteté de la lune.

Si vous êtes en ville et que la pollution lumineuse rend le ciel tout jaunâtre voire orangé, vous pourrez également modifier balance des blancs afin de refroidir la température de couleurs et tendre davantage vers un bleu nuit.

Il faudra maintenant attendre décembre 2017 pour pouvoir photographier la prochaine super-lune, pour le moment entrainez vous à prendre en photo la lune !